Génération émotions

 
"La perception des choses dépend de notre propre état d'esprit".

La pluie d'été qui arrose enfin le potager du jardinier, 
ne suscitera pas la même réaction chez un employé de bureau,
qui comptait sur ce jour de congé pour aller pique-niquer.


Nos réactions face à un même évènement, une même situation,
sont tributaires de nos propres attentes et désirs,
de nos propres peurs et de nos aversions.

Nos émotions et nos réactions nous mettent dans une humeur,
qui conditionne à son tour nos futures perceptions.

Partir au travail en chantant par un lundi matin pluvieux,
 peut sembler naturel après un merveilleux week-end en amoureux.
La même pluie peut nous susciter des propos injurieux,
après les disputes d'un week-end calamiteux.

Conditionné par nos émotions présentes et passées,
notre esprit se met souvent dans tous ses états.

  Joie, tristesse, sérénité, colère, désir, aversion, insouciance, peur,
notre perception de la réalité dépend largement de nos humeurs.



Lorsque l'état de notre esprit est sous le coup des émotions,
nous perdons notre objectivité et notre capacité de réflexion.
Nos réactions sont alors disproportionnées, 
le plus souvent inadaptées à la réalité des faits.

Certains savent mieux que nous la façon dont nous fonctionnons.

Susciter des émotions est le meilleur moyen de faire passer des idées, 
  d'imposer des lois,
des décrets ou des choix politiques guerriers.
Les Politiques et les médias de masse, qui prétendent nous informer,
savent susciter les émotions qui peuvent les arranger : 

En présentant leur version des faits d'une certaine façon,
ils savent qu'ils susciteront telle émotion, donc telle réaction.



Par l'état d'esprit dans lequel elle nous met depuis l'enfance,
par l'omniprésence des médias de masse qui nous influencent,
la société de consommation est la plus grande secte du monde.

Sortir de ce conditionnement est une démarche personnelle,
qui passe par la prise de conscience de nos ressentis émotionnels.

 Sommet de page